Fleur Pellerin, icône de la diversité en Corée

Image of 1602 article

Kim Jong-suk, c’est beaucoup plus facile à prononcer que Fleur Pellerin pour les Coréens, constate le Financial News. Comme la plupart des autres médias du pays, le journal n’a donc pas hésité à ressortir le nom de naissance de la nouvelle ministre déléguée des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique au sein du gouvernement Hollande.


Au lendemain de sa nomination, Fleur Pellerin faisait la une des journaux coréens, qui retraçaient son parcours exemplaire. Dans un pays obsédé par la réussite scolaire, ses diplômes ont suscité l’admiration. Même si elle n’a jamais remis les pieds sur le sol coréen depuis son adoption à l'âge de six mois, en 1974, la ministre s’est soudain retrouvée «enfant du pays». L’an dernier, le sénateur vert Jean-Vincent Placé, également adopté et d’origine coréenne, avait reçu un accueil fraternel et élogieux. «Nous serons toujours liés à ces gens par le lien du sang, c’est très fort pour nous», commente Ji-soo, designer, 33 ans.


Pourtant, l'histoire de Fleur Pellerin renvoie les Coréens à la douloureuse question de l’adoption: le pays a longtemps été le premier pourvoyeur d’enfants à l’international. Et «tous ne réussissent pas aussi bien que Fleur Pellerin, au contraire», note le quotidien conservateur Donga. Sur Twitter, Choi Myung-gil, correspondant sud-coréen basé à Paris, se souvient «des pleurs terribles des enfants sur les vols entre Séoul et Orly dans les années 1970». Il lui semble déplacé de la part des Coréens de qualifier aujourd’hui la ministre de«franco-coréenne».


La nomination de Fleur Pellerin est venue faire écho à l'élection à Séoul, en avril, de Jasmine Lee, première députée d’origine étrangère. La victoire de cette jeune femme née aux Philippines avait déclenché une déferlante de commentaires racistes sur le Web. Avoir l’air différent des autres et arriver au sommet paraît encore inconcevable dans la société coréenne, l’une des plus homogènes au monde.


Du coup, le parti conservateur appelle à s’inspirer de la société française «qui garantit l'égalité des chances sans discrimination»,et Hankyoreh, journal de gauche, sous le titre «Prenons exemple sur le modèle d’intégration à la française», encense le gouvernement Ayrault qui respecte la parité et forme un «arc-en-ciel d’ethnies, d'âges et de parcours».


Quant à Fleur Pellerin, interrogée par l'AFP sur cet émoi médiatique dans son pays d'origine, elle se félicite de «l'ouverture d'un débat public sur la politique d’intégration en Corée».